Arbitrages et architecture

Dans une tendance quasi-générale à la réduction des coûts, on est tenté d’effectuer des arbitrages défavorables aux fonctions transverses, non directement productives. Les fonctions d’urbanisation en font évidemment partie. Pourtant, réduire de façon significative les ressources consacrées à l’architecture d’entreprise constituerait une erreur. Pourquoi ? 

 

En premier lieu, parce que la démarche d’urbanisation se donne pour objectif de rendre le système d’information plus efficace. C’est-à-dire, par exemple, de réduire les coûts de build en étant plus modulaire et de run en éliminant les redondances, ou encore le time to business sur les projets impactant positivement le PNB.

On m'objectera que la question n'est pas là, que toutes les fonctions de l'entreprise ont vocation à améliorer le résultat et que, de ce point de vue, l'urbanisation n'a rien de particulier : il s'agit de faire des choix et il serait préférable d'arbitrer en faveur de projets impactant plus directement le résultat. Alors ? Y a-t-il une raison de d'arbitrer en faveur de l'architecture ?

Oui, évidemment ! Précisément, parce qu'en temps de disette budgétaire, il est primordial de faire des choix, et que ces choix doivent être éclairés. La démarche d'architecture d'entreprise se caractérise par la vision globale qu'elle apporte sur l'entreprise en générale et le SI en particulier :

• Vision sur l'ensemble du SI, permettant, au-delà de la vision de chaque projet, de réaliser des arbitrages dans une approche globale

• Vision à tous les niveaux de subsidiarités de l'organisation, afin de concentrer les efforts au bon niveau en exploitant les possibilités de réutilisations

• Vision sur les différents plans stratégie, métiers, fonctionnels, applicatifs et techniques assurant que les arbitrages sont effectués en ayant connaissance des enjeux à différents niveaux

• Enfin, et surtout, vision dans le temps, à court, moyen et long termes. La cible définie par l'urbanisation est l'objectif à moyen/long termes, en ligne avec la stratégie. C'est à cette aune que chaque projet est mesuré par les architectes : en quoi le projet contribue-t-il à la cible et/ou peut-il être ajusté pour mieux y contribuer ?

Dit autrement, l'un des rôles de l'architecture d'entreprise est de fournir les outils nécessaires pour réaliser les arbitrages et privilégier les projets qui contribuent le mieux à la réalisation des objectifs stratégiques de l'entreprise. Dans une période où les ressources limitées rendent les choix cruciaux, on aurait tort de s'en passer !

David F.